Gaël Lemouton, sexologue & thérapeute de couples à Caen

Gaël Lemouton, Sexologue & Thérapeute de couples

Sexologue clinicien (c'est à dire non médecin) et thérapeute de couples à Caen, Gaël Lemouton reçoit sur rendez-vous les personnes seules et les couples, pour aborder leurs difficultés intimes et sexuelles.

Qui peut consulter ?

Toutes les personnes adultes !
Nous traversons tous des moments où l'intimité, le couple, ou la sexualité, nous posent question ou problème.
Consulter un sexologue, entamer une thérapie de couple, c'est mettre la priorité sur notre bien être intime, c'est considérer que c'est important.

Où se site le cabinet ?

Le cabinet Gaël Lemouton est situé au 38bis rue d'Hastings à Caen
L'immeuble est à l'intersaction de la rue Denise Olive et de la rue d'Hastings, un peu en contrebas.
Attention, il n'est pas accessible PMR, n'hésitez pas à me contacter pour que nous prévoyons votre rendez-vous si c'est votre cas.

Quel votre parcours ?

Je suis devenu sexologue suite à une renconversion professionnelle.
J'ai repris 3 ans d'études à l'école de Psycho-Sexologie de Paris la Défense - tout en complétant ces études de sexologie par des formations en EFT et en psychotraumatologie.
Cependant, il s'agissait de mettre au centre de ma vie professionnelle des enjeux qui étaient déjà centraux dans ma vie privée. Alors que j'exerçais un métier dans la formation, j'avais déjà édité un livre autour de la masturbation féminine, créé un festival d'art performance dédié au corps et à l'intimité, et animé des ateliers autour du corps, de la nudité, de l'intime.

Pourquoi consulter un sexologue ?

La première demande concerne le désir. Baisse de désir chez l'un.e ou l'autre, différence de désir entre les partenaires... ce satané désir semble nous échaper, et il est parfois nécessaire de faire le point avec un professionnel pour comprendre comment arrêter de se mettre la pression !
Les autres motifs sont liés à des troubles plus spécifiques : éjaculation précoce ou au contraire anéjaculation (impossibilité à atteindre l'éjaculation), troubles de l'érection, douleurs à la pénétration, voire vaginisme (impossibilité de pénétrer dûe à une contracture du périnée), anorgasmie...
Les addictions sexuelles (addiction à la sexualité, au porno) ou les fantasmes ou pratiques qui posent question peuvent également être amenés par les patients.
Et dans tout cela, bien sûr, les accidents de la vie, les trauma qu'ils nous ont laissés, forment une grande part des consultations.

Publié le : 16-04-2024

98 vues

Ce site n'a pas encore d'avis, soyez le 1er à partager votre expérience avec notre communauté.

Aucune note

Votre e-mail ne sera pas visible
Séléctionnez de 1 à 5 étoiles
30 caractères minimum
Pour aller plus loin

Vous souhaitez rédiger un article de qualité, vous permettant de vous faire connaitre et d'améliorer votre référencement naturel ? Notre équipe de rédacteurs et de référenceurs est prête à rédiger entièrement vos contenus.

×