4 bonnes pratiques de recyclage à adopter

4 bonnes pratiques de recyclage à adopter

Du papier aux bouteilles (en verre ou en plastique), les déchets de nos poubelles sont recyclables et même en entreprise. Il est même possible de recycler le polystyrène ou les vêtements aujourd'hui. 

Nous allons passer cela en revue aujourd'hui pour savoir quelles sont les bonnes pratiques au-delà des petits logos et sigles qui nous permettent de nous assurer que nos déchets sont réellement recyclés quand cela est possible et donner quelques astuces pour changer son mode de consommation.

1. Le plastique, un véritable fléau

Vous pensiez sûrement qu'en mettant vos déchets plastiques dans la poubelle jaune vos déchets plastiques étaient automatiquement recyclés, mais cela est loin d'être le cas. 

Il n'y a en réalité que 25% des plastiques qui sont recyclés aujourd'hui dans l'hexagone. 

Cela est dû au fait que sur les sept types de plastique existant, un seul, le PET peut réellement être recyclé. 

Les autres ne le sont pas pour des questions de manque de connaissance technique ou de rentabilité.

Et le chemin du recyclage peut être très sinueux même pour les plastiques qui sont recyclés.

Selon le réseau d'ONG Ipen, les Etats-Unis ont exporté en 2020 157 000 conteneurs de déchets plastiques mélangés vers des pays en développement. 

Les pays européens faisaient de même avant qu'une loi ne l'interdise cette année.

Ces pays n'ont ni les infrastructures ni les moyens pour recycler ses déchets, ils finissent donc par être déversés dans l'océan. 

L'exportation de matières recyclables vers un autre pays très éloigné nécessite en plus de cela la combustion de quantités immenses de carburant pour le transport ce qui contribue à la pollution de l'air. 

Pour ce qui est du plastique "biodégradable", ce n'est pas beaucoup mieux... 

Vous auriez pu penser à cause de son nom que ce plastique se dégraderait seul en le laissant dans la nature mais ce n'est pas le cas. 

Il doit dans les faits être envoyé vers une unité de compostage industrielle spécialisée, ce qui réduit drastiquement le nombre d'emballages plastiques qui sont compostés. 

C'est la même chose pour les plastique "biosourcés" qui ne sont en réalité qu'en partie d'origine biologique, parfois à pas plus de 30% et qui ne sont pas recyclables

La bonne chose à faire en terme de recyclage du plastique est donc.... d'en utiliser le moins possible et d'être particulièrement vigilant sur le plastique qu'on utilise. 

Le plastique qu'il faut particulièrement éviter est celui utilisé pour les emballages. 

La plus grande partie de la production de plastique est utilisé pour les emballages (45%). 

Ces derniers seront jetés au maximum dans les trois ans et cela ne prend pas en compte les objets plastiques à usages uniques, qui seront eux jetés dans la foulée de leur utilisation. 

La plupart de ces déchets sont alors brûlés, ce qui génère de la pollution.

Si ils ne sont pas brûlés, les déchets plastiques mal gérés sont déversés dans les rivières ou jetés sur les plages ce qui explique leur présence dans les océans. 

Il y a aujourd'hui un lieu sur Terre appelé "septième continent" où il y a un impressionnant tas de plastique dans l'océan.

Il est tellement immense que cela est comparable à la superficie d'un continent.

Mais cela a également des conséquences plus proche de nous.

La Méditerranée, par exemple, la plus belle mer de France (j'espère que ceux qui habitent au bord de la manche ne m'en voudront pas) devient une sorte de nid à plastiques en atteignant des niveaux records de plastiques déversés (200 000 tonnes chaque année). 

Il pleut également du plastique dans la région des Pyrénées (oui, oui !!!). 

Le plastique est en plus de tout cela dangereux pour notre santé, notamment celle des femmes.

Des chercheurs ont découvert que les femmes sont particulièrement sensibles aux plastiques.

Cela s'explique en premier lieu par le fait que pour des raisons biologiques, leur corps réagit différemment aux toxines, mais ce n'est pas tout. 

Les produits d'hygiène et particulièrement par les protections périodiques sont "souvent contaminés". 

Les tampons contiennent jusqu'à 6 % de plastique et ceux avec applicateurs contiennent souvent des phtalates, des composés chimiques dangereux. Les serviettes peuvent elles être constituées à 90 % de plastique issu du pétrole. 

Les microplastiques contaminent en plus l'air que nous respirons (40000 décès sont à déplorer à cause de la pollution chaque année en France), les aliments que nous mangeons et l'eau que nous buvons. 

Selon une étude de l'Université de Newcastle, on pourrait ingérer environ 5 grammes de plastique chacun chaque semaine.

Cela équivaut environ la quantité de microplastiques contenue dans une carte de crédit, ça ne donne pas trop envie.

Les plastiques de type 1, 3, 6 et 7 sont les plus dangereux et il y a nécessité d'être vigilant sur les étiquettes pour les éviter à tout prix. 

Ils contiennent des perturbateurs endocriniens, des substances chimiaques qui provoquent des dérèglements hormonaux ou encore du styrène, une substance cancérigène.

2. Le recyclage du verre, la solution idéale ?

50 kg de verres sont consommés en moyenne chaque année par chaque français, ce chiffre peut paraître élevé mais et le verre ne représente que 12% du poids de nos déchets ménagers loin derrière le plastique ce qui montre que nous avons encore beaucoup d'efforts à produire.

Le taux de recyclage du verre en France est d'environ 76%, un chiffre plutôt encourageant mais encore perfectible. 

Il est aujourd'hui très facile de recycler les verres avec des poubelles mis en place à cet effet dans quasiment toutes les habitations du territoire. 

Au terme du cheminement de recyclage, le verre peut être réutilisé pour la fabrication de nouveaux flacons, pots, ou bouteilles et ce à l'infini tandis qu'une bouteille met selon les estimations entre 3000 et 5000 ans à se dégrader dans la nature ! 

Le verre ne perd en aucun cas ses qualités premières lors du recyclage mais ce dernier est tout de même un petit peu coûteux en ressources énergétiques car il nécessite la fonte du verre avant de pouvoir créer de nouveaux objets.

La consigne est un petit dépôt de monnaie qui est rendu quand l'emballage est rapporté en magasin, vous ne payez donc que le produit en lui même puisque le prix de l'emballage vous est remboursé par la suite. 

La réutilisation des emballages peut permettre de réduire de 65 à 85 % l'impact environnemental global de la production d'emballages selon les estimations. 

3. Le recyclage fait un carton !

Une deuxième alternative intéressante au plastique est le carton.

Cependant, la consommation de papier/carton a été multipliée par environ 5 en France depuis 1950ce qui porte actuellement le total à près de 9 millions de tonnes et 130 kg par personne chaque annéele total de ressources utilisé reste donc élevé.

Recycler ces matières permet de réduire la déforestation, mais aussi d'économiser d'autres ressources comme l'eau et l'énergie nécessaires à la fabrication de papier et carton à partir de bois. 

Vous vous êtes peut être déjà demandé ce qu'indiquait le logo Tetra Pak, il est présent sur certains emballages de briques alimentaires pour vous signifier qu'il s'agit de briques recyclables à 100%.

Au travail, vous pouvez réduire les déchets en carton en remplaçant par exemple les gobelets jetables par des tasses réutilisables, même si vous avez un système de tri, cela sera encore meilleur.

4. Avenir entre vrac, minimalisme et seconde main

La solution ultime de recyclage consiste à ne pas recycler à travers l'achat de produits en vrac, sans emballage en utilisant des boîtes et des étuis réutilisables à l'infini. 

cela est également en possible sans bouger de chez vous à travers des boutiques en ligne. 

Des gens vivent un mode de vie "zéro déchet"en utilisant ce type de système en ne jetant quasiment rien, même si vous ne pouvez pas vivre exactement comme cela, vous pouvez vous motiver en vous disant que c'est possible. 

Ce mode de vie est aussi rendu possible par le fait de moins consommer. 

Si nous voulons avoir un réel impact sur la situation écologique à travers nos déchets, commençons d'abord par éliminer tous les gadgets inutiles de notre existence, nous avons été façonnés à penser de telle manière que nous ressentons quasiment tout le temps le "besoin" de consommer même des choses qui ne vont pas nous être réellement utiles. 

Du point de vue de l'alimentaire, bien que cela fasse évidemment partie des choses qui nous sont essentiels, nous devons tout de même repenser notre mode de consommation. 

10 milliards de kilos de nourriture finissent à la poubelle en France chaque année, c'est avant tout un drame humain compte tenu de tous les gens qui ont des difficultés pour se nourrir aux quatre coins du monde et y compris dans ce pays mais aussi un drame écologique du fait de tout ce que cette production inutile de nourriture a consommé en terme de ressources naturelles précieuses (électricité, eau, carburant...) mais aussi de tout les emballages inutiles qui sont produits. 

Rendez-vous sur changer ses habitudes !

Vous pourrez lire l'article en entier et découvrir chaque jour des choses qui vous aideront à mieux vivre.

On vous attend !

Publié le : 11-08-2021

343 vues

Cet article n'a pas encore d'avis, soyez le 1er à partager votre expérience avec notre communauté.

Aucune note

Votre e-mail ne sera pas visible
Séléctionnez de 1 à 5 étoiles
30 caractères minimum
Pour aller plus loin

Vous souhaitez rédiger un article de qualité, vous permettant de vous faire connaitre et d'améliorer votre référencement naturel ? Notre équipe de rédacteurs et de référenceurs est prête à rédiger entièrement vos contenus.

×