Comment organiser l'encadrement de la circoncision de son enfant lors d'un baptême religieux ?

circoncision pour acte religieux

Dans les cultes juifs et musulmans, le recours à la circoncision est une coutume obligatoire. Tradition abrahamique ancrée dans les mœurs, les parents doivent préparer ce rituel avec parcimonie et faire comprendre avec les bons mots que l'enfant va accomplir un acte chirurgical bénin sur une partie sensible du corps.

En règle générale, tout se passe et l'enfant entouré de sa famille vit un moment festif où il est tout bonnement récompensé par son entourage pour ses efforts. Zoom sur une pratique religieuse très sollicitée dans les cliniques et qui rassurez-vous ne coûte pas un centime à la sécurité sociale lorsqu'elle est pratiquée pour cause religieuse.

 

Choisir un chirurgien spécialisé dans ces actes chirurgicaux

On ne va pas se mentir. En France, la grande majorité des spécialistes pratiquant ces actes en clinique pour un honoraire d'approximativement 500 euros sont souvent des médecins d'obédience juive ou musulmane. D'ailleurs, qu'ils s'agissent des deux communautés, les fidèles ne manquent pas de se passer le mot. C'est ainsi que le médecin se créé un impressionnant carnet d'adresse et réussit à se faire un nom dans une ville juste avec cette pratique.

À titre d'exemple, pour une « Brit Milah », on se rend chez le docteur Benaïm et pour le « Khitan », on appelle Monsieur Belkacem.

Généralement, sous anesthésie générale, l'opération ne prend qu'une demi-heure et tout le monde laisse exploser sa joie à l'arrivée.

 

L'arrivée des cadeaux et l'organisation des festivités

Lors d'une Séoudat Mitsvah dans le culte juif, c'est essentiellement une cérémonie religieuse où de nombreuses prières sont faites la veille. Ensuite, c'est au père d'organiser le rite de la circoncision en faisant appel et désignant une personne à qui l'on souhaite faire honneur (le sandak).

Dans la tradition musulmane, elle s'accomplit normalement le 7e jour et l'on fait suivre cet acte par le sacrifice d'un mouton.

Cependant, les parents préfèrent, à ce jour, effectuer, l'acte rituel vers l'âge de trois ans, car les médecins exigent un carnet de vaccination à jour.

Dans les deux cultures, ce jour est célébré avec joie. Les plats traditionnels ainsi que les pâtisseries telles que le sellou s'exhibent généreusement sur les tables. C'est également l'occasion de préparer une cagnotte pour l'enfant. Mais ceci ressort des traditions de chacun.

 

Vêtement traditionnel et port de la couche obligatoire

Généralement, on entend de tout concernant la cicatrisation de la circoncision. Une chose est certaine, il ne faut pas trop patienter pour opérer l'enfant. Car plus l'âge est avancé et plus la douleur est vive. Et contrairement aux idées reçues, l'enfant ne doit pas rester avec l'entrejambe à l'air en dessous d'un vêtement.

La meilleure recommandation est de lui laisser la couche. En effet, c'est l'urine qui permettra d'antiseptiser le plus rapidement possible la plaie. Le parent n'aura qu'à changer le pansement en appliquant de la biseptine pour que la peau sèche et fasse naturellement tomber les points.

De plus, cette technique permet à l'enfant de jouer sans aucun risque avec les autres enfants sans qu'il puisse toucher sa partie intime au risque de se faire mal.

Publié le : 13-02-2021

1617 vues

Cet article n'a pas encore d'avis, soyez le 1er à partager votre expérience avec notre communauté.

Aucune note

Votre e-mail ne sera pas visible
Séléctionnez de 1 à 5 étoiles
30 caractères minimum
Pour aller plus loin

Vous souhaitez rédiger un article de qualité, vous permettant de vous faire connaitre et d'améliorer votre référencement naturel ? Notre équipe de rédacteurs et de référenceurs est prête à rédiger entièrement vos contenus.

×